Comment et quand le crédit est apparu

L’intĂ©rĂŞt naturel et la banque du temple. Le besoin d’emprunter quelque chose qui ne leur appartient pas et pour un certain temps, et de donner quelque chose qui leur appartient et pour de bon, est apparu Ă  l’Ă©poque de l’agriculture active.

MĂŞme ceux qui ne sont pas familiers avec les questions agricoles comprennent que l’agriculture est une activitĂ© très risquĂ©e. La grĂŞle s’abat sur les cultures, le gel pendant la floraison, les insectes nuisibles.

Au lieu de la rĂ©colte attendue, une maigre rĂ©colte pour votre propre alimentation. Et l’annĂ©e prochaine, vous devrez semer Ă  nouveau, sinon vous ne gagnerez pas votre vie. C’est alors qu’est apparu le besoin d’emprunter des semences pour planter une culture.

Où doit aller le pauvre paysan? Bien sûr, au temple où tous les agriculteurs consciencieux apportaient une part de leur récolte pendant la saison des moissons pour apaiser les dieux.

Les dieux se sont contentĂ©s de très peu et les temples ont constituĂ© une rĂ©serve destinĂ©e Ă  servir de capital de dĂ©part. Toutefois, les prĂŞtres prĂŞtaient Ă  la condition que l’emprunteur rembourse non pas un quart, un tiers ou le double de la somme.

Selon la chance que l’on a avec les coutumes locales.

VoilĂ  Ă  quoi ressemblait le premier prĂŞt: Ă  court terme, affectĂ© et avec un taux d’intĂ©rĂŞt assez Ă©levĂ©. La persĂ©cution des prĂŞts et la naissance du marchĂ© boursier

Au Moyen Ă‚ge, l’Église Ă©tait le maĂ®tre des esprits: non seulement les simples mortels, mais aussi les rois, Ă©taient soumis Ă  ses ordres. Selon les principes de la religion, l’usure Ă©tait un pĂ©chĂ©.

La punition Ă©tait sĂ©vère, allant de l’excommunication Ă  l’expulsion du pays. Cela explique la migration des Juifs au Moyen Ă‚ge, pour lesquels le prĂŞt Ă©tait une activitĂ© courante.

La logique de l’Ă©glise Ă©tait qu’en empruntant une somme, on paie des intĂ©rĂŞts, qui ne sont rien d’autre que du temps. Et personne n’est autorisĂ© Ă  vendre du temps, seul Dieu peut en disposer. Celui qui pense autrement est un hĂ©rĂ©tique.

C’est alors qu’apparaissent les premières banques, qui rĂ©solvent deux problèmes importants. Ils stockent la richesse des seigneurs pendant qu’ils sont loin de chez eux.

On vende des lettres de change, des titres qui les obligent à rembourser un certain montant après une certaine période.

Les usuriers pouvaient donc affirmer en toute confiance qu’ils n’Ă©changeaient pas du temps. Mais du papier, et que devant Dieu et l’Église, ils Ă©taient intègres.

Like this post? Please share to your friends: